Sur les traces des Varègues

Le voyage dans les environs de Saint-Pétersbourg et de Veliki Novgorod vous permet de remonter dans le temps et de toucher l'histoire de la tribu la plus mystérieuse de l'Ancienne Russie. Les Varègues, ancêtres des premiers princes russes légendaires, n'ont pas laissé beaucoup derrière eux, mais cela vaut certainement la peine d'être vu.

Même si on n'est pas très fort en histoire, on connaît sans doute le nom de Riourik: selon la Chronique des temps passés, qui est le premier manuel russe d'histoire, ce Varègue (Scandinave) et ses frères ont été appelés en 862 pour gouverner Novgorod. C'est de cet événement majeur, connu comme «appel aux Varègues», que l'État russe tire l'origine de son histoire.

Les discussions sur la crédibilité de ces informations se poursuivent toujours: qui était Riourik, d'où est-il venu, a-t- il réellement existé? La théorie d'appel aux Varègues a beaucoup d'adversaires idéologiques dont le nombre a augmenté plusieurs fois pendant les guerres: les Suédois, puis les nazis ont essayé de conquérir la Russie — les théories fondées sur la supériorité ou l’infériorité d’une race se développent rapidement dans telles circonstances.

alt

Cependant, les scientifiques ne mettent plus en doute que les Varègues sont allés en Russie. Leur influence a été importante. Leur héritage ayant survécu à l'invasion mongole, à l'établissement et à la dissolution d'États est très intéressant. Les archéologues sont sûrs que la culture russe ancienne a beaucoup repris des Scandinaves: maréchalerie et bijouterie, cérémonie funéraire. Nous autres, nous ne passons pas notre vie sur des sites de fouille archéologique, mais nous pouvons découvrir des traces des Varègues même dans la langue: les prénoms Olga, Oleg, Igor et Gleb sont d'origine normande. Si on veut toucher avec ses mains l'héritage des Varègues, il faut partir pour Veliki Novgorod et Staraïa Ladoga.

Si on veut toucher avec ses mains l'héritage des Varègues, il faut partir pour Veliki Novgorod et Staraïa Ladoga

Chronique des temps passés

S'il y a mille ans quelqu'un avait dit à un habitant de l'ancien Novgorod qu'il était Russe, il aurait été très étonné. C'est la même histoire avec les Grecs anciens qui se seraient étonnés ayant appris qu'ils étaient des Grecs anciens. Du point de vue des habitants de l'ancien Novgorod, les Russes sont des Varègues, c'est-à-dire des Scandinaves, des Normands qui vivaient pratiquement dans un autre pays: à Kiev, à Tchernigov, à Pereslavl — c'est-à-dire sur le territoire de l'État, nommé de nos jours Ancienne Russie, dont les terres de Novgorod ne faisaient pas partie. Alors, c'était naturel pour un habitant de Novgorod du XIIe siècle d'écrire dans un document sur écorce de bouleau qu'il «était allé en Russie», c'est-à-dire à Pereslavl.

En même temps, les habitants de Novgorod n'étaient pas du tout gênés par le fait que Riourik était venu gouverner leur ville. Cependant, on peut trouver les traces de son séjour glorieux à trois kilomètres du centre-ville.

Techniquement, pour trouver des traces de Riourik il faudra fouiller — au sens propre du terme — sur le territoire du Riourikovo Gorodichtche: La couche d'occupation du IX siècle est depuis longtemps descendu à la profondeur de quelques mètres. Sur la surface on ne voit qu'une colline. Là-dessus se trouvent les ruines de l'église de l'Annonciation du XIIe siècle qui n'a aucun rapport avec les Varègues. Mais les Varègues y ont été: au cours de fouilles archéologiques ont été trouvés des munitions de guerre et des vêtements scandinaves, des monnaies en fer représentant des marteau à manche court de Thor, des pendeloques à runes et une petite sculpture de Valkyrie en argent — tout cela témoigne de l'ancienne présence des hôtes de l'Occident. Ce n'est pas étonnant: selon les chroniques, les premiers gouverneurs de l'Ancienne Russie ne pouvaient pas ignorer la résidence des princes de Novgorod au Gorodichtche — centre administratif, politique et militaire.

Au cours de fouilles archéologiques sur le territoire du Riourikovo Gorodichtche ont été trouvés des munitions de guerre et des vêtements scandinaves, des monnaies en fer représentant des marteaux à manche court de Thor, des pendeloques à runes et une petite sculpture de Valkyrie en argent

alt

Le lieu de construction d'un si important édifice a été bien choisi: à la naissance du fleuve Volkhov près du lac Ilmen, protégé par des cours d'eau, en haut de la colline, sur l'ancienne route commerciale. En fait, les atouts stratégiques ont été remarqués non seulement par les Varègues, mais aussi par les bâtisseurs du XVIII siècle qui ont creusé le canal Siverssov au milieu du Gorodichtche. Cela fait beaucoup de peine aux archéologues contemporains, mais le romantisme du lieu n'en a pas souffert. Ainsi, si vous voulez voir l'endroit où est né l'État russe, Riourikovo Gorodichtche est un excellent choix.

Château de Riourik

Cependant, la question du lieu de naissance de la Russie est discutée. Les habitants de Novgorod ne doutent point que Riourik a fondé la maison princière sur leur territoire. Comme preuve ils invoquent la chronique Lavrentievskaïa. Mais leurs voisins du nord (habitants de Ladoga) démontrent la chronique Ipatievskaïa où il est écrit que les Varègues sont venus à Staraïa Ladoga. Les historiens contemporains ont pris ces contradictions géographiques comme défi et, après de longues réflexions, ont conclu que Ladoga était meilleur en tant qu'un lieu initial de base.

De nos jours, il ne reste pas beaucoup de gloire ancienne: un petit bourg d'environ deux mille habitants et un fière nom de l' «ancienne capitale de la Russie du Nord». Comme toute capitale, Ladoga a beaucoup souffert à l'époque: d'inévitables envahissements et de multiples mises en ruines. Plusieurs fouilles archéologiques donnent à comprendre qu'il est difficile de trouver celui qui était le gouverneur initial de Ladoga: la ville, étant un point important sur la route commerciale des Varègues aux Grecs, intéressait extrêmement les Slaves, les Germains et les tribus locales des Finnois et des Baltes — bref, tout le monde. Selon les chroniques, les habitants locaux en avait mare de toute cette anarchie. Ils ont invité les Varègues pour qu'ils rétablissent enfin de l'ordre.

De nos jours, il ne reste pas beaucoup de gloire ancienne: un petit bourg d'environ deux mille habitants et un fière nom de l' «ancienne capitale de la Russie du Nord»

alt

En raison de l'ordre, Riourik a fait construire à Ladoga une petite forteresse en bois — exclusivement pour le prince et sa drougine. Puis, il est parti gouverner à Novgorod. Les bâtiments en bois n'étaient pas pérennes. Le prince suivant Oleg le Sage (Varègue) a ordonné de les remplacér par ceux en pierre. Puis, la forteresse a été incendiée, envahie, détruite un grand nombre de fois. Mais chaque fois elle a été ensuite reconstruite. Elle est toujours là — sur la haute rive, au centre de Staraïa Ladoga, et elle est toujours appelée Château de Riourik.

En fait, on croit qu'Oleg le Sage lui-même a été enterré à un kilomètre et demi en aval du fleuve Volkhov, à l'autre bout du bourg. Parmi les champs il est difficile de ne pas remarquer une colline de dix mètres: Tombeau d'Oleg. Selon la légende, Oleg le Sage est mort ici à cause d'une morsure du serpent qui était sortie d'un crâne de cheval. Nous ne saurons jamais, si c'est vrai. Mais rien ne nous empêche de croire à cette belle légende.

D'ailleurs, ce ne sont que des suppositions et de l'histoire lointaine. Il faut beaucoup d'imagination pour y plonger. Mais dans la Russie actuelle il y a un endroit où on peut littéralement toucher aux Varègues, voir où et comment ils vivent et ce qu'ils font.

Arcs, flèches et repas

Au bord du lac Petrovskoïe — non loin de Vyborg, en région de Léningrad — il y a le domaine Svargas de l'époque des Vikings. C'est un petit bourg élevé par des enthousiastes en XXIe siècle. Ils ont reconstruit une enceinte fortifiée de l'Ancienne Russie (Xe siècle). Selon la légende, les Varègues ont autrefois habité ici ce qui semble logique: jusqu'à 1710, Vyborg appartenait à la Suède.

De nos jours, la vie quotidienne de la Cour de Varègues est au maximum rapprochée à celle de l'Ancienne Russie. Tout le monde peut en quelques heures prendre connaissance du mode de vie de nos ancêtres. Par exemple, mettre des vêtements médiévaux, apprendre à lancer une hache ou tirer à l'arc, puis faire un festin pour célébrer sa victoire sur les ennemies. Pour ceux qui sont moins guerriers, il y a des divertissements plus calmes: apprendre des runes anciennes, fabriquer de ses propres mains un bel objet à la forge, préparer le repas sur feu vif, etc. Puis vous devriez voir une bataille: les Vikings sont en premier lieu guerriers.

Articles

Anneau d'Or de Russie

L'Anneau d'Or est un itinéraire célèbre qui inclut les villes les plus anciennes de la Russie centrale.

Sur les traces des Varègues

Dans les environs de Saint-Pétersbourg et de Veliki Novgorod il est possible de remonter dans le temps et de toucher l'histoire de la tribu la plus mystérieuse de l'Ancienne Russie.

J'y suis allé! 10 endroits russes pour les meilleurs selfies

Artéfacts monumentaux de l'époque soviétique, architecture somptueuse du temps de l'Empire Russe, contrastes de la vie quotidienne postsoviétique... Si vous êtes ici, soyez sûr d'avoir des centaines de « J'aime » — il faut connaître de bons endroits.

De Kaliningrad jusqu'à la Tchoukotka: les plus beaux endroits de la Russie

De Kaliningrad jusqu'à l'Extrême-Orient : dix mille kilomètres. Que visiter en chemin ? Voyons.

Anneau d'Or de Russie

L'Anneau d'Or est un itinéraire célèbre qui inclut les villes les plus anciennes de la Russie centrale.

Sur les traces des Varègues

Dans les environs de Saint-Pétersbourg et de Veliki Novgorod il est possible de remonter dans le temps et de toucher l'histoire de la tribu la plus mystérieuse de l'Ancienne Russie.

J'y suis allé! 10 endroits russes pour les meilleurs selfies

Artéfacts monumentaux de l'époque soviétique, architecture somptueuse du temps de l'Empire Russe, contrastes de la vie quotidienne postsoviétique... Si vous êtes ici, soyez sûr d'avoir des centaines de « J'aime » — il faut connaître de bons endroits.

De Kaliningrad jusqu'à la Tchoukotka: les plus beaux endroits de la Russie

De Kaliningrad jusqu'à l'Extrême-Orient : dix mille kilomètres. Que visiter en chemin ? Voyons.

Russia.Travel

Partir pour la Russie!