Mythes sur la Russie

Il y a plusieurs mythes sur la Russie, comme sur tout autre pays. Les ours s'y promènent dans la rue, le réacteur nucléaire fume au milieu de l'appartement. Quant au réacteur, c'est une exagération, évidemment. Mais les ours se rencontrent parfois. Qu'est-ce qui est vrai, qu'est-ce qui est faux dans ces histoires sur les Russes ? Essayons de comprendre.

Mythe: les Russes boivent beaucoup d'alcool

En Russie, la consommation d'alcool par personne est inférieure à celle dans certains pays de l'Europe de l'Ouest. Les habitants salariés des grandes villes ne boivent plus d'alcool que les Anglais, les Tchèques ou les Allemands. De plus, ces derniers temps, le mode de vie saine est de plus en plus appréciée par les jeunes : les adolescents se refusent complètement à l'alcool et au tabac, ils font du sport. L'État soutient cette tendance, en limitant la vente de produits alcoolisés : la vente de produits alcoolisés est interdite après 22 heures, le coût minimum augmente régulièrement. Les jeunes gens ne peuvent pas acheter de l'alcool sans présenter le passeport. Depuis peu, il est interdit de fumer dans les endroits publics : aux restaurants, aux clubs et dans les autres établissements divertissants.

Mythe: les Russes sont des gens bourrus et sévères

Tout étranger qui descend dans le métro de Moscou à l'heure de pointe du matin s'en assure complètement et irrémédiablement. Mais si on ne tombe pas dans des extrêmes, tout sera beaucoup plus réjouissant. En effet, en Russie il n'est pas coutume de se promener dans la rue avec un sourire aux lèvres. Mais c'est juste parce qu'il y a le proverbe selon lequel «Rire sans raison — signe d'un benêt». En compagnie des amis et des proches, un Russe rejette une apparence sévère, se met vraiment à l'aise et se repose. En général, la mentalité russe est caractérisée d'une discrétion émotionnelle. Il n'est pas de coutume de parler haut dans les endroits publics, de s'adresser aux passants pour un rien. Alors, toute personne troublant l'ordre établie est mal vue — les étrangers croient donc que les Russes ne sont pas hospitaliers, mais ce n'est qu'une tradition d'éducation. En revanche, si vous communiquez avec un Russe dans une atmosphère détendue, vous remarquerez avec étonnement que c'est une personne ouverte d'esprit, amicale et gaie. Voici un mystère d'une âme russe!

Si vous communiquez avec un Russe dans une atmosphère détendue, vous remarquerez avec étonnement que c'est une personne ouverte d'esprit, amicale et gaie.

alt

Mythe sur les vêtements et l'apparence

On croit que les jeunes filles russes apportent trop de soin à leur apparence et qu'elles préfèrent la beauté vestimentaire au confort. Elles ne s'imaginent pas sans bijoux ou sans maquillage et elles portent des bottes à talon aiguille même quand il gèle à pierre fendre. Il est possible qu'une femme russe statistiquement moyenne se fait belle plus qu'une Européenne ou une Asiate. Mais les talons aiguilles incontournables et les marques pour la montre sont du passé : de nos jours, les habitantes des grandes villes préfèrent le style propre et confortable, rien de sophistiqué en apparence. Le vêtement le plus populaire parmi les femmes russes est le jean slim avec les ballerines ou les chaussures de sport. Les femmes plus âgées choisissent un pantalon ou une robe large avec des chaussures plates.

En effet, une femme russe statistiquement moyenne se fait belle plus qu'une Européenne ou une Asiate. Mais les talons aiguilles incontournables et les marques pour la montre sont du passé

alt

Quant aux hommes russes, il y a un mythe inverse: ils ne savent pas du tout s'habiller. En effet, la Russie n'a jamais été la capitale de la mode masculine. La préoccupation d'apparence personnelle a toujours été la prérogative des femmes. Et pourtant, les hommes russes ne se permettent pas d'habits malpropres ou de chaussures sales en public. En fait, parmi les jeunes il y a beaucoup plus d'élégants: en Russie, le style hipster est aussi populaire que dans le monde entier. À propos, personne ne porte d'ouchanka depuis longtemps.

Mythe sur le temps: en Russie il y a deux saisons, hiver blanc et hiver vertMyth about weather: Russia has two winters, the white one and the green one

Dans la partie européenne du pays, la température de juin à août est agréable: elle se limite entre 23–25 °C. C'est plus que la température moyenne d'été sur les îles Britanniques, par exemple, ou dans certains États des États-Unis. Parfois, le temps fait des surprises. La température atteint alors +35 et même +40 °C, dont souffrent les habitants des grandes villes.

Il ne faut pas oublier que la Russie est située dans plusieurs zones climatiques dont chacune a ses propres particularités thermiques. En Sibérie et en région polaire, l'hiver est rude avec les températures descendant jusqu'à –56 °C ce qui remplit d'effroi tout étranger. Or, les résidents locaux se sont adaptés aux conditions climatiques sévères et se sentent assez confortablement. En même temps, au sud de la Russie, par exemple dans les villes sur la côte de la mer Noir, le climat est subtropical. Dans les rues poussent les palmiers. Il ne s'agit pas d'un «hiver vert» — certains n'ont jamais vu de neige!

La Russie est située dans plusieurs zones climatiques dont chacune a ses propres particularités thermiques. Certains habitants des régions du sud n'ont jamais vu de neige!

Mythe sur la culture et les loisirs

La culture russe est connue dans le monde entier pour ses écrivains, peintres, musiciens. À Moscou et à Saint-Pétersbourg il y a de nombreux sites culturels reconnus comme des joyaux du patrimoine mondial. Les étrangers pensent souvent que les Russes vont au théâtre Bolchoï tous les week-end, qu'ils adorent le ballet et qu'ils citent facilement du Pouchkine pendant les repas de fête. En réalité, les habitants des capitales vont aux théâtres aussi souvent que les Autrichiens vont à l'Opéra. Cela ne veut pas dire que l'art classique national ne soit pas apprécié, mais les gens sont tout simplement habitués à se reposer de manières plus «terrestres». Néanmoins, l'opinion que les Russes lisent beaucoup est tout à fait juste. Dans le métro, presque tous tiennent un livre à la main, et beaucoup de gens préfèrent la lecture à la télé quand ils sont à la maison.

Il y a aussi des ouï-dire à propos de la culture russe. Un Russe joue de la balalaïka et de l'accordéon à boutons. Évidemment, il danse toujours la pliasovaïa! Puis, n'oublions pas les tchastouchkis incontournables. En effet, les Russes chantent des tchastouchkis et jouent de l'accordéon à boutons. Or, cela concerne surtout les habitants des villages où les traditions folkloriques sont plus fortes que dans les villes.

Mythe: en Russie, les ours se promènent dans les rues

Que dire? Tout peut arriver. Dans les petites villes de la Sibérie et de l'Extrême-Orient il est vraiment possible de rencontrer un ours. Les animaux viennent aux abords de ville pour trouver de la nourriture dans des poubelles. Parfois ils sortent même sur les autoroutes, en provoquant des accidents routiers. Pour résoudre le problème, les résidents locaux créent des patrouilles anti-ours, abattent et empiègent les bêtes féroces. Quant aux autres régions du pays et grandes villes comme Moscou, Saint-Pétersbourg, Kazan ou Sotchi, les chances de voir ici un ours dans la rue approchent de zéro.

Mythe: la poupée russe (matriochka) est un vrai souvenir russe

En fait, ce drôle jouet — une poupée dans laquelle quelques poupées plus petites sont mises — a été inventée au Japon. La «matriochka» japonaise représentait le dieu d'éducation et de sagesse, Foukourouma. À la fin du XIX siècle, le jouet japonais s'est trouvée en Russie. Tout le monde l'a tant aimée que les spécialistes russes ont décidé de la refaire à leur propre manière. Une belle poupée peinte est ainsi née: une jeune fille aux joues roses qui portait un sarafane et un foulard. L'origine du mot «matriochka» reste mystérieuse. Les uns disent qu'il provient du prénom Macha ou Mania qui est aimé de tout le monde. Les autres affirment que c'est un dérivé du prénom Matriona qui était populaire à l'époque. Quoi qu'il en soit, c'est un drôle de souvenir — traditionnellement russe, mais avec les racines orientales.

 

Russia.Travel

Partir pour la Russie!