Russie en tant que centre d'art contemporain

Les artistes russes sont connus dans le monde entier - y compris en tant que les fondateurs de l'art modernet

L'art moderne, le phénomène de l'art contemporain commence avec l'avant-garde russe. Malevitch, Kandinsky, Tatline, Rodtchenko, Vertov - il est impossible d'imaginer l'art occidental du XX siècle sans ces noms. La révolution dans l'art des années 1960, un tournant aux happenings, les actions, les performances, a également « grandi » à partir de la culture de coup fourré des futuristes et des oberious. Cependant, le rideau de fer a longtemps bloqué l'accès au processus mondial pour les artistes russes. Comment l'art contemporain est-il présenté dans la Russie post-soviétique et où peut-on le voir ?

De la culture underground aux scènes principales du pays

L'art russe moderne hérite largement des traditions de l'underground soviétique. Les « installations totales » d'Ilya Kabakov mettent le spectateur dans le moule du monde communal, et ses œuvres-stands où on peur voir la mouche et la réplique «À qui est la mouche ? C'est la mouche d'Olga Lechko» imprimée en caractères de l’état et collée à côté de la mouche, mènent à une absurdité des principes du foyer soviétique. Le sots art d'Erik Boulatov superpose des slogans et des affiches soviétiques sur l'espace du paysage et des esquisses urbaines, afin que l'intrusion de l'officialité dans la nature et leur incompatibilité essentielle deviennent visibles. Les diagrammes de poésie («stikhogramma») de Dmitri Prigov, reproduisant des phrases ou des mots soviétiques typiques de couvertures de magazine, par la répétition répétée et l'arrangement géométrique sur une feuille acquérant une nouvelle signification pour eux-mêmes. Pendant les campagnes des « Actions Collectives » d'Andrei Monastyrski, notamment « les voyages hors de la ville », les spectateurs traversent un immense champ et après ils obtiennent le document sigillé confirmant la participation à cette campagne en quelque date ou voient sur la bordure d'un bois la banderole disant: « JE NE ME PLAINS RIEN, ET J'AIME TOUT, À MOINS QUE JE N'Y AI JAMAIS ÉTÉ ET NE SAIS RIEN DE CES ENDROITS »... Le conceptualisme de Moscou est souvent appelé la deuxième avant-garde russe. Les artistes de cette sphère continuaient la ligne de politisation de l'esthétique, proposée dans le modernisme, et aussi expérimentaient avec la forme artistique, mais au lieu de la vision utopique de la modernité, ils ont offert une position critique essentiellement anti-utopique. Disséquant le langage idéologique soviétique, ils montraient l'absurdité et l'inhumanité de sa vie collectiviste ambiante et essayaient de surmonter la nature impersonnelle de la communication acceptée dans la société.

Étant clandestin dans le passé, aujourd'hui l'art du conceptualisme de Moscou occupe une place importante dans les musées du monde entier, et est régulièrement démontré dans les musées russes.

Étant clandestin dans le passé, aujourd'hui l'art du conceptualisme de Moscou occupe une place importante dans les musées du monde entier, et est régulièrement démontré dans les musées russes

Art action et pratiques performatives

Le virage performatif, c'est-à-dire le passage de l'art comme la création d'artefacts, de peintures ou de sculptures, à l'art de l'action, lorsque le processus réalisé par l'artiste est l'œuvre et que le matériau est son corps. Ce processus a finalement été accompli en Russie après la perestroïka. Alors le réalisme socialiste a cessé d'être le style principal et unique soutenu par l'état, et l'information sur le processus artistique en Europe et en Amérique est devenue disponible. Poursuivant la ligne des futuristes d'un côté, et des performeurs occidentaux des années 1960 et des années suivantes d'un autre côté, les artistes russes des années 1990 et 2000 ont repensé la notion même de l'art, se sont de plus en plus tournés vers le public et ont interagi directement avec le public.

Alors Oleg Koulik est devenu un « homme-chien », étant en laisse et à quatre pattes, il aboyait et sautait aux gens, volontairement s'exposant au contact direct le plus risqué avec les visiteurs. Alexander Brener a appelé Eltsine à un match de boxe sur la Place Rouge et a saboté les performances des poètes populaires, faisant l'art du torpillage d'un autre art. Elena Kovylina traitait le public du caviar, marchait sur la casse ou invitait des volontaires à boire du thé avec elle, puis incendiait la table, sans arrêter la conversation. Lisa Morozova invitait les téléspectateurs à accrocher littéralement des nouilles dans un musée ou à éprouver l'expérience d'une poignée de main intime, clôturée l'une de l'autre par un mur noir, de sorte qu'au lieu de visuel il n'y avait qu'une expérience tactile. Les actions de Piotr Pavlensky et du groupe « Guerre » sont sur le point de l'activisme politique et de la performance, problématisant toutes les interdictions éthiques et esthétiques possibles.

Il y a une maîtrise de la culture pop, la lecture de ses techniques et de ses images. Vladislav Mamyshev-Monroe se réincarne dans diverses personnalités célèbres — de Marilyn Monroe et l'actrice soviétique Lyubov Orlova à la politicienne Valentina Matvienko et à la politicienne ukrainienne Ioulia Timochenko.

Depuis 2000, comme dans le monde entier en Russie le genre de représentation déléguée se développe activement, lorsque l'action n'est pas exécutée par l'artiste lui-même, mais par les artistes engagés par lui et observant son enseignement. Simultanément, la performativité a été attirée au théâtre à la fois dans sa forme dramatique, dans la comédie musicale et dans la forme de danse. En 2010, le festival de performance a été organisé au Centre théâtral de Meyerhold, et l'un des plus importants dans le domaine des prix d'art contemporain est le prix de Kouryokhin, qui est également décerné aux artistes d'art contemporain et de théâtre.

Dans le même temps, les artistes accordent beaucoup d'attention au travail avec les médias: art vidéo traditionnel et technologies en ligne. Les médias ne s'opposent pas à la « présence vivante », mais la renforcent, explorent la nature même de la réalité élargie. Aujourd'hui les archives les plus complètes des œuvres médiatiques et des publications consacrées aux artistes médiatiques se trouvent sur la page du centre de culture et d'art « MediaArtLab ».

Dans le même temps, les artistes accordent beaucoup d'attention au travail avec les médias : art vidéo traditionnel et technologies en ligne. Les médias ne s'opposent pas à la «présence vivante», mais la renforcent, explorent la nature même de la réalité élargie

Les principaux noms de la scène artistique russe contemporaine

Aujourd'hui, les conceptualistes de Moscou Viktor Pivovarov, Yuri Albert, Vadim Zakharov et Irina Nakhova continuent à travailler.

Anatoly Osmolovsky, pionnier de l'actionnisme de Moscou des années 1990. À partir du milieu des années 2000, il découvre l'art objectal de la galerie par la création d'un art non spectaculaire (art qui rejette le divertissement et la théâtralité, immergé dans la vie quotidienne sans aucune marque d'exposition) et aujourd'hui il est exposé partout dans le monde. Il dirige l'Institut d'Art Contemporain « Baza ».

La figure, sans laquelle il est impossible d'imaginer l'art russe des 30 dernières années, est un artiste et critique d'art Dmitri Goutov.

Dans le genre de travaux d'installation on peut nommer Irina Korina. Victor Alimpiev, Yakov Kazhdan, les groupe « Sinie nosi » et « Provmyza » travaillent avec la vidéo. Leonid Tishkov expose des peintures et des objets surréalistes. Le groupe le plus connu au monde, AES + F, crée des projets-séries multimédias qui représentent de façon provocatrice les images visuelles idéales et taboues, les thèmes critiques pour la société occidentale à travers des effets spéciaux inattendus.

Haim Sokol explore les thèmes de la mémoire collective et des traumas.

Où peut-on voir l'art contemporain ?

Les principaux sites d'art contemporain sont dans les capitales.

À Moscou, c'est le Musée d'art moderne de Moscou (MMOMA) avec ses nombreux sites d'exposition et ses projets éducatifs constamment renouvelés; le musée « Garage », idéalement situé dans le parc Gorki en face de la Nouvelle Galerie Tretiakov, la principale collection d'art russe du XX siècle. Le parc « Mouzéon », le musée de Moscou et le centre de photographie «Lumière« sur l'île de Bolotny, tout en ensemble ils constituent un itinéraire culturel pratique. Le musée d'art multimédia d'Ostozhenka organise principalement des expositions de photos, mais il n'a pas limité par cela. Le centre d'art contemporain « Vinzavod », inauguré il y a plus de dix ans sur le territoire de l'ancienne zone industrielle, aujourd'hui comprend 11 galeries et, avec la grappe créative « Artplay » forme un quartier d'art moderne dans le quartier de la station « Kourskaïa », illustrant l'exemple suggestif d'une transformation radicale et créative de l'espace urbain. Dans divers sites de la ville, le fonds V-A-C organise des expositions d’envergure internationale. Le musée des Beaux-Arts Pouchkine et le pavillon « L'Ouvrier et la Kolkhozienne » à VDNKh (centre panrusse des expositions) se tournent périodiquement vers l'art contemporain. Les expositions d'art contemporain, principalement des médias, ont lieu dans la nouvelle aile de la maison Gogol, des expositions et des spectacles — dans le nouvel espace du Théâtre des Nations. En plus des expositions, la galerie de Solyanka propose de passer ses cours de performance. La performance de danse est promue dans le Centre culturel «ZIL». Le Centre national des arts contemporains (GCSI) organise des expositions, des conférences et des séminaires à Moscou et dans d'autres villes : Nijni Novgorod, Iekaterinbourg, Kaliningrad, Tomsk, Samara, Vladikavkaz, Saint-Pétersbourg.

La place centrale de l'art contemporain à Saint-Pétersbourg est le siège de l'Hermitage. À Saint-Pétersbourg, sur l'île Vasilievsky, il y a le plus grand musée privé d'art contemporain en Russie « Erarta ». Parmi les galeries qui organisent régulièrement des expositions, il y a la galerie de Marina Gisitch et « Anna Nova ». Le seul musée d'art de rue dans le pays est dans la partie orientale de la ville.

Le projet régional le plus important dans le domaine de l'art contemporain est la Biennal industrielle annuelle de l'Oural. Dans le parc d'art « Nikola-Lenivets », dans l'oblast de Kalouga, on peut voir des objets publics et land-art, là deux fois par an on organise le festival d'art paysagiste « Arkhstoyanie ».

À Voronezh, des expositions d'art contemporain sont activées à l'heure de tenue du Festival de Platonov. Des performances et des expositions sont constamment organisées dans le cadre du Festival international de Diaghilev à Perm. Perm a également son propre musée d'art moderne «PERMM». L'art du sud de la Russie est représenté par le musée des beaux-arts contemporains sur Dmitrovskaya à Rostov-sur-le-Don, le premier musée privé en Russie. À Kazan, les meilleurs projets sont mis en œuvre par la Fondation pour le soutien de l'art contemporaine «Ville vivante» et le Centre de culture contemporaine « Smena ».

Pour découvrir de nouveaux noms dans le domaine de l'art contemporain russe, nous vous conseillons de suivre les nominés d'«'Innovation» et du Prix de Kandinsky

Articles

« Le collier d'argent de Russie » : un voyage incroyable à travers le nord russe

« Le collier d'argent de Russie » peut être appelé un analogue de la célèbre circuit touristique « L'anneau d'or », c'est tous ses points sont dans le nord-ouest du pays.

Russie musicale : les 10 festivals les plus intéressants de l'été de 2018

La route, la musique, les aventures, les dizaines de nouvelles connaissances et l'été.

Arctique russe : un voyage de rêve

Le Passage du Nord-Est est la route la plus courte entre la partie européenne de la Russie et l'Extrême-Orient.

Goûter de la vie

Le tourisme ethnographique, événementiel, artisanal est dans ses belles heures d'aujourd'hui et c'est assez évident.

Cuisine russe non-banale

Beaucoup croient que la cuisine russe est la vodka et les blinis, le caviar et les pirojki, les pelmeni et le bortsch.

Les meilleurs endroits en Russie pour les loisirs par une grande compagnie

Pour avoir les impressions inoubliables de voyage en Russie, il est préférable d'aller par une grande compagnie.

« Le collier d'argent de Russie » : un voyage incroyable à travers le nord russe

« Le collier d'argent de Russie » peut être appelé un analogue de la célèbre circuit touristique « L'anneau d'or », c'est tous ses points sont dans le nord-ouest du pays.

Russie musicale : les 10 festivals les plus intéressants de l'été de 2018

La route, la musique, les aventures, les dizaines de nouvelles connaissances et l'été.

Arctique russe : un voyage de rêve

Le Passage du Nord-Est est la route la plus courte entre la partie européenne de la Russie et l'Extrême-Orient.

Goûter de la vie

Le tourisme ethnographique, événementiel, artisanal est dans ses belles heures d'aujourd'hui et c'est assez évident.

Cuisine russe non-banale

Beaucoup croient que la cuisine russe est la vodka et les blinis, le caviar et les pirojki, les pelmeni et le bortsch.

Les meilleurs endroits en Russie pour les loisirs par une grande compagnie

Pour avoir les impressions inoubliables de voyage en Russie, il est préférable d'aller par une grande compagnie.

Plus d'Articles

Russia.Travel

Partir pour la Russie!